Présentation

Yacht Class n°13 (juin-juillet-août 2018)

Nautor’s Swan

Le chantier finlandais Nautor’s et ses Swan, yachts d’exception, ne se présentent plus, mais le Swan 95 S, dont les lignes élancées sont signées German Frers, permet d’apprécier tout ce que la technologie moderne apporte à un savoir-faire remarquable.

Texte : Christophe Varène – Photos : Nautor’s Swan

Si approcher une légende constitue un moment d’exception, alors embarquer à bord d’un Swan fait partie de ces instants hors du temps. Depuis plus d’un demi-siècle, le chantier finlandais Nautor, riche de ses nombreuses réalisations, représente l’histoire de la plaisance haut de gamme. Sa réputation s’est développée grâce à la qualité de ses constructions, mais aussi au travers de ses collaborations avec les plus talentueux des architectes navals. Au premier rang d’entre eux, citons l’Américain Olin Stephens, du cabinet Sparkman & Stephens, à qui l’on doit l’un des plus mythiques voiliers de plaisance, le Swan 65. Avec ce superbe ketch, le Mexicain Ramon Carlin et son équipage familial remporte, au nez et à la barbe de marins professionnels, la victoire lors de la première édition de la Whitbread (1973-74) à bord de Sayula II. A partir de 1981, l’architecte argentin German Frers devient le partenaire attitré du chantier et on lui doit, entre autres, les lignes modernes, élancées et intemporelles du Swan 112 en 1999, du Swan 100 en 2002 et donc du tout récent Swan 95.

Une gîte modérée au près

Dans le port de Cannes, à la fin du dernier Yachting Festival, l’opportunité se présente de participer au rapide convoyage de cet élégant sloup jusqu’à la base Nautor de Villefranche-sur-Mer. Ce court périple d’un peu plus de 20 milles s’annonce intéressant avec des conditions météo parfaites et un vent de Sud prévu entre 15 et 20 nœuds. Avec quatre personnes à bord, dont le capitaine et l’une de ses équipières régulières, LOT 99 largue les amarres sous un ciel couvert. A l’avant, l’ancre est relevée et la chaîne nettoyée en une seule opération grâce au puissant jet d’eau de mer projeté sur les maillons depuis le davier basculant et, l’opération terminée, celui-ci vient disparaître dans la baille à mouillage. A l’arrière, le capitaine gère la sortie du bout des doigts : le poste de pilotage tribord comporte les manettes du moteur, du propulseur d’étrave et une impressionnante batterie de boutons dédiés au réglage des voiles. Une fois le môle du port débordé, la grand-voile est envoyée. Montée sur une bôme à enrouleur, il faut juste surveiller la bonne horizontalité de cette dernière lorsque l’on hisse et plus encore lorsqu’on affale. Le génois se déroule à son tour et un petit bord de près permet de contourner les îles de Lérins. La gîte est modérée, mais un petit cale-pied pourrait s’avérer utile et confortable dans des conditions plus soutenues.

Les réglages du bout des doigts

A la barre, LOT 99 fait preuve d’une extrême douceur, les deux safrans apportant précision et stabilité de route. Le cap vers Villefranche-sur-Mer permet d’abattre un peu et, à 130° du vent, la fine carène glisse à 11 nœuds pour 17 nœuds de vent et, lorsqu’une risée monte à 23 nœuds, l’accélération est aussitôt sensible, le speedomètre affichant 13 puis 15,1 nœuds en pointe. La construction carbone (coque, pont et gréement) apporte rigidité, mais aussi légèreté : les 470 m2 de voilure au près font leur affaire des (presque) 60 tonnes du bateau pendant que les 20 tonnes de lest de la quille (5,50 m de tirant d’eau en position basse) apportent de la raideur à la toile. Avec ses bastaques et ses quatre étages de barres de flèche, le gréement joue la carte de la performance, mais son utilisation se révèle simple pour un équipage réduit. Il faut préciser que là aussi l’essentiel des réglages peut se faire du bout des doigts depuis les tableaux de contrôle installés près des postes de barre. Le skipper en oublie les 29 mètres de longueur hors-tout, savoure le passage de chaque vague et guette la prochaine risée pour vibrer à l’unisson de la carène. Hélas, le port de Villefranche est déjà en vue et un dernier tour sur le pont permet d’apprécier tous les détails de ce voilier d’exception. LOT 99 présente la version S (pour Saloon) du Swan 95 qui existe aussi en version FD (pour Flush Deck) : les superstructures autour du cockpit sont légèrement rehaussées pour offrir un maximum de confort avec un programme de navigation orienté croisière. Pour dégager cet espace de convivialité, les quatre winches électriques Harken 1120 HL, à trois vitesses, sont positionnés juste en avant des deux barres à roue. Abritées si besoin par la large capote, les banquettes sont modulables pour composer un vaste solarium ou encadrer les deux belles tables à rallonges. A la poupe, le tableau arrière se baisse en une pratique plate-forme de bain et découvre un garage où se loge une annexe de 3,50 m.

Une cabine propriétaire spacieuse

Après une superbe manœuvre permettant d’apprécier sa maniabilité, le Swan 95 S tourne sur place dans le petit port devant la darse de Villefranche grâce à ses deux propulseurs. Le moment est venu de plonger au cœur de ce yacht pour découvrir ses aménagements. Ceux-ci sont divisés en deux zones principales, la partie arrière étant dévolue à l’armateur et à ses invités, la partie avant restant le domaine de l’équipage. En empruntant la large descente, on apprécie la barre verticale et les deux mains courantes au plafond, avant d’admirer le carré spacieux et lumineux. Les hublots en hauteur apportent de la clarté, mais il faut rester debout pour apercevoir l’extérieur. Sur tribord, la table à cartes dotée d’une belle instrumentation et d’un large écran jouxte un salon avec une banquette en L. En vis-à-vis, une longue table permet de recevoir de nombreux convives et son plateau se baisse pour obtenir un vaste espace détente. Au centre, le puits de la quille rétractable se fond dans le décor grâce à un bel habillage cuir. A côté de la descente une coursive mène aux cabines avec tout d’abord celles réservées aux invités, chacune possédant deux lits simples et un beau cabinet de toilette avec cabine de douche. Sur toute la largeur arrière, la suite armateur présente des aménagements généreux : le grand lit double occupe une position centrale et, de part et d’autre, se positionnent un petit salon et un coin bureau, ce dernier faisant aussi office de coiffeuse. Selon le souhait du propriétaire, cette cabine possède un accès direct sur l’extérieur, juste en avant de la barre à roue tribord. Les marches semblent raides, mais avec les mains courantes situées au plafond, l’usage de cette descente se révèle facile. Les hublots de coque sur chaque bord apportent la lumière du jour et une formidable vue sur mer. Le soir, les éclairages indirects, dissimulés dans le tour de lit et les faux plafonds, composent une ambiance douce et chaleureuse. Les matériaux sont de qualité et les finitions soignées dans les moindres détails.

Sa conception élaborée en interne

En repartant du carré vers l’avant, on accède à la très belle cuisine avec de longs plans de travail et une disposition en U au niveau de la cuisinière et de l’évier, bien utile pour se caler en navigation. Hublots de pont et de coque contribuent à faire de cet espace un lieu clair et aéré. En vis-à-vis, sur tribord, se trouve la cabine du capitaine, les autres membres d’équipage se partageant les deux dernières, chacune avec son propre cabinet de toilette. Un escalier vertical donne accès directement sur la plage avant. Il est intéressant de noter que dans la version FD, davantage orientée vers la course, l’ensemble des aménagements est inversé avec la zone équipage située à l’arrière et les cabines armateurs et invités regroupées vers l’avant. De toute façon, la totalité du bateau étant construite en interne au chantier situé à Pietarsaari, dans le nord de la Finlande, une attention particulière est apportée aux souhaits des clients. Sur un projet comme le Swan 95 S, il faut savoir prendre du temps et, entre la conception et la construction, il faut compter deux ans et demi. Pour LOT 99, le capitaine du bateau a aussi passé six mois sur place pour accompagner et superviser la fin des travaux !
Mais voici venu le temps de débarquer à Villefranche. Ces quelques heures ont permis d’apprécier les qualités marines du Swan 95 S, digne successeur de cette longue lignée de yachts remarquables. Un dernier regard vers l’immense pont : les lattes de teck se prolongent vers l’infini, véritable incitation au voyage et à la sérénité de la mer, le mariage du bois et du carbone symbolisant quant à lui la recherche d’harmonie entre tradition, savoir-faire et recherche permanente d’innovations. Comme des milliers de plaisanciers éclairés, amateurs d’élégance et de raffinement, on peut déclamer cette phrase définitive qui porte en elle tout le respect et l’admiration pour cette marque légendaire : « C’est un Swan ! »

Fiche technique

Longueur hors-tout
28,98 m
Largeur
6,97 m
Tirant d'eau
3,30 / 5,50 m
Motorisation
Steyr 231 ch
Capacité carburant
2 500 l
Eau
1 200 l
Matériau
carbone
Déplacement
59,1 t
Surface de grand-voile
267 m2
Surface de génois
203,50 m2
Prix HT
à partir de : 10 millions d'euros
Architecte naval
Frers Naval Architecture & Engineering
Designer extérieur
Nautor's Swan
Designer intérieur
Nautor's Swan
Constructeur
Nautor’s Swan (Pietarsaari – Finlande)
Importateur
Diffuseur : Nautor's Swan France (Villefranche-sur-Mer) & Nautor's Swan Monaco

Le magazine actuel