Présentation

Yacht Class n°26 (sept-oct-nov 2021)

PRESTIGE YACHTS – GROUPE BENETEAU


La famille des flybridge Prestige compte désormais dix unités avec la venue de la plus grande d’entre elles : la 690, que nous avons testée dès sa mise à l’eau dans sa version « grand sunbridge ». L’alliance Garroni Design et Prestige Yachts aboutit une nouvelle fois à une nouveauté intéressante à bien des égards.


Texte : Alain Brousse – Photos : DR


La gamme Prestige Yachts se développe avec la régularité d’un métronome. Aussi, quand bien même la pandémie continue de sévir, le bureau de design interne, avec pour associé historique Garroni Design, poursuit ses recherches dans le sens de l’élargissement de la famille F-Line, F comme Flybridge. Fruit de ce travail : la 690. Celle-ci, présentée dans notre dernier numéro, nous a été confiée pour un essai sur une Méditerranée un rien tonique, animée de vagues suffisamment formées pour juger du comportement de cette unité de 21 mètres qui remplace la 680. Saint-Raphaël : un ciel nuageux, quelques averses et un vent capable d’animer la baie, soit de quoi nous donner plus que l’envie de découvrir son comportement. Sa carène a, bien entendu, été étudiée en fonction de son mode de propulsion, à savoir des diesels thermiques de type D13 accouplés à des transmissions IPS du motoriste suédois Volvo Penta. Rappelons, si cela est nécessaire, les points forts des IPS : gain de place sur le pont inférieur eu égard à la position reculée de la cale des engins, maniabilité au port remarquable, niveau sonore peu élevé, consommation des moteurs plutôt raisonnable… Ce qui donne de bons rendements, notamment aux régimes élevés.


La piloter, un vrai plaisir…


Compte-tenu des conditions climatiques un rien humides, nous n’irons pas prendre les commandes sur le fly qui est, certes, protégé par un toit mais le jour de l’essai la Prestige ne possédait pas les toiles latérales et le plastique frontal, une option presque indispensable dans certaines régions… Après tout, le plaisir de piloter se prend presque tout autant à l’intérieur dans la timonerie qui fait partie intégrante du vaste espace commun. Positionnée à tribord, elle offre une vue très satisfaisante sur 180 degrés, voire plus, grâce au pourtour vitré de ce volume monospatial qui comporte aussi le salon, la salle à manger et la cuisine. Les trois écrans apportent toutes les aides nécessaires à la navigation et, sur un plan à droite du volant, nous trouvons le bloc manettes inverseurs-accélérateurs, le joystick et le levier du propulseur d’étrave. Sus au joystick afin d’appareiller ! De fait, se déplacer en crabe, pivoter, en avant ou en arrière reste un jeu d’enfant, ou presque, grâce aux pods des IPS. Et pour ceux que la manœuvre de retour à la place de port n’enchante guère, Volvo Penta a mis au point un système appelé « Assisted Docking ». Comme son nom l’indique, le pilote devient inopérant avec le mode automatique… Le bateau, en fonction de données précises, se glisse dans sa place à quai de façon autonome. Cet équipement est optionnel. Confortablement installés sur la banquette de pilotage double, équipée de dossiers individuels, nous pointons notre étrave vers le large avec comme premier souhait, chronométrer le « départ arrêté-20 nœuds » : 11 secondes à peine, un chiffre plus que correct, tout comme les 28 secondes enregistrée de 0 à 31,5 nœuds, sa vitesse maximale. Allure que nous conserverons juste le temps de constater que la carène de la Prestige absorbe les impacts en souplesse. Plus confortable sera-t-elle au régime de croisière à 1 800 tr/min, filant 18 nœuds et assurant une autonomie de 300 milles. Très agréable à piloter, la Prestige saura également se faire apprécier au mouillage et en croisière de courte ou longue durée.


Lumière naturelle et vue panoramique


Que découvre-t-on en premier lorsque l’on emprunte la passerelle d’une unité du type de la Prestige sinon son cockpit, au demeurant bien agencé, avec une banquette et une table capables d’accueillir six personnes. Mais ses 12 m2 ne valent évidemment pas les 27 m2 du flybridge, doté sur ses deux tiers d’un toit ouvrant. On y trouve tout le confort attendu en un tel lieu : un carré pour six convives, un bloc cuisine avec grill, réfrigérateur, rangements et de la place pour créer un salon extérieur (sofa et table basse) ou installer deux à trois transats. L’avant de ce fly est réservé à un poste de commandes possédant deux fauteuils (on peut piloter debout) et une console aussi complète que celle de la timonerie principale intérieure. Cette dernière est intégrée au volume du pont principal dont la surface, à savoir 30 m2, accueille tout d’abord l’espace repas, comprenez une cuisine complète et totalement ouverte face à une table prête à recevoir six invités. Sur bâbord, le confort toujours avec un salon (un sofa en L et une table). Cet espace qui regroupe quatre centres d’intérêts est abondamment fourni en lumière naturelle et offre une vue sur l’extérieure des plus généreuses.


La master : tout à l’avant !


Garroni Design nous avait jusque-là habitués à une cabine propriétaire située au centre du pont inférieur, quel que soit le modèle de Prestige. Surprise, sur la 690, elle a été aménagée tout à l’avant, à l’abri de l’étrave et on la rejoint en empruntant un escalier à gauche de la timonerie. Deuxième surprise, sa hauteur sous barrots, plus de deux mètres, et l’on comprend pourquoi le rouf du pont avant n’autorisait qu’un simple solarium, la priorité ayant été donnée à l’habitabilité de la master qui représente un des atouts de cette 690. Est-il nécessaire de rajouter que cette cabine s’accompagne d’une salle de bain avec douche indépendante et d’un dressing. Pour autant, les invités ne sont pas laissés pour compte… A preuve la cabine centrale du pont inférieur, digne d’une VIP, à peine moins grande que la master, et son pendant qui au choix peut se transformer en deux twins. La Prestige 690 dispose donc de trois ou quatre cabines, sans oublier la twin équipage aménagée dans la poupe.
Il semble évident que dans la catégorie des Flybridge de 20 mètres, la Prestige 690 occupera une place de choix. Forte de ses qualités, tant au niveau de ses performances, de son comportement, de son habitabilité et de son confort, elle devrait rencontrer le succès lors des prochains salons d’automne.

Fiche technique

Longueur hors-tout
21,45 m
Largeur
5,30 m
Tirant d'eau
1,58 m
Capacité carburant
3 450 l
Eau
760 l
Matériau
polyester
Déplacement
33 t
Motorisation
maxi : 2 x Volvo Penta IPS1350 diesel
Puissance
2 x 1 000 ch
Vitesse maxi
31,5 nds
Autonomie à
18 nds : 300 milles
Architecte naval
Prestige Yachts
Designer extérieur
Garroni Design
Designer intérieur
Garroni Design
Constructeur
Prestige Yachts Groupe Beneteau (Les Herbiers)

Le magazine actuel