Présentation

Yacht Class n°21 (juin-juil-août 2020)

Sanlorenzo Yachts


Lancé il y a deux ans, le 102 Asymmetric ne joue plus cavalier seul dans la famille des SL. Voici venir son « petit » frère, le 96, Asymmétric lui aussi, présenté en première mondiale au salon de Düsseldorf 2020. Même patronyme, même esprit d’aménagements intérieurs, avec aux commandes des designers talentueux, Bernardo et Martina Zuccon et Laura Sessa.


Texte : Alain Brousse – Photos : D.R


A la tête du chantier Sanlorenzo, Massimo Perotti sait motiver ses troupes avec notamment cette quête permanente d’idées au niveau de ses modèles. Pour cela, il a réussi à constituer un bureau interne d’architectes et designers très créatifs, chapeauté par Piero Lissoni. Durant l’été 2018, lors des Elite Days, événement se déroulant dans le chantier de la Spezia, Massimo Perotti annonce le lancement du modèle SL102 Asymmetric dont la particularité, que seul l’œil d’un expert repère aussitôt en observant sa silhouette, est de ne présenter qu’un seul passavant, sur tribord. Avantage : en l’absence de passavant bâbord, la surface habitable de l’espace commun (salon-salle à manger) gagne 10 m2 et, surtout, une ouverture vers l’extérieur encore plus flatteuse. Le but recherché est donc d’offrir un volume abondamment éclairé de lumière naturelle dans lequel la vie est des plus agréables grâce à une vue panoramique magnifiée. A noter que ce concept est au départ l’idée de Chris Bangle, qui a construit sa notoriété au travers de marques automobiles comme Rolls-Royce et BMW, entre autres. Il a travaillé pour cela en étroite collaboration avec le bureau Zuccon International Project. Janvier 2020, Sanlorenzo réitère ce concept au travers d’une unité un peu moins grosse, le SL96 avec comme intervenants : Martina et Bernardo Zuccon pour le design extérieur et Laura Sessa pour le design intérieur.


L’omniprésence du teck sur le fly


La gamme SL compte au total sept modèles flybridge, du 78 pieds au 118 pieds, dont deux unités baptisées « Asymmetric », le SL102 et celui qui fait l’objet de notre attention dans ce numéro, le SL96. Il n’est pas une copie conforme de son grand frère mais la ressemblance est évidente, surtout pour ce qui est de la silhouette. Il se classe aussi dans la catégorie des trois ponts au profil classique, limite intemporel. L’ADN Sanlorenzo est tout à fait respecté. Comme précisé précédemment, l’auteur du design extérieur est Bernardo Zuccon, associé dans la plupart des projets à sa sœur Martina.
Commençons par la poupe qui, tradition oblige, possède une plateforme de bain, particulièrement profonde, garnie de teck et mue par l’hydraulique afin de faciliter la mise à l’eau de l’annexe. De fait, le tableau arrière se soulève pour découvrir le garage. Point de beach club mais assez de surface pour installer sur la plateforme deux transats. De chaque bord, un escalier nous mène au cockpit totalement protégé par la casquette du fly. Le lieu se révèle très convivial : une banquette quatre personnes, deux tables basses et deux fauteuils, le tout pouvant se transformer en une salle à manger extérieure qui, au mouillage, ne manquera pas d’avoir ses adeptes. C’est donc par l’unique passavant, à tribord, que nous rejoindrons le pont avant. Celui-ci se montre très accueillant, doté d’une banquette faisant face à un solarium auquel s’ajoutent, sur le roof, deux autres bains de soleil ; les amateurs d’U.V seront comblés ! C’est depuis le cockpit que nous trouvons l’escalier du fly, sur bâbord. Ravissement pour le regard, le teck est omniprésent : plancher, table, chaises, transats et meuble barbecue. Côté farniente donc, cet espace, qui possède un poste de commande, ne devrait pas décevoir, bien au contraire… Même lors des navigations, il apportera une sensation réputée captivante, à savoir dominer la mer avec comme vue, au choix l’étrave fendant les flots ou la poupe et son sillage éphémère. A ce propos, le SL96 Asymmetric a quelques ambitions dans le domaine des performances. Dans sa version « surpuissante », 2 x MTU 2 216 ch diesel, il devrait atteindre allègrement les 28 nœuds. Toutefois, le chantier prévoit la version standard avec 2 x MTU 1 947 ch diesel pour une vitesse maxi de 26 nœuds. Pas de quoi rougir…


Le pont inférieur dédié aux invités et à l’équipage


Après avoir pris en compte l’incontestable intérêt des surfaces extérieures, pénétrons dans ce yacht flybridge dont les intérieurs ont été confiés à Laura Sessa, aux états de service plutôt édifiants : 24 unités de 50 à 90 mètres pour de célèbres chantiers. Mais notre première « cible » journalistique est la découverte de l’espace commun du pont principal et ses 10 m2 supplémentaires. Première impression : comment ne pas être dithyrambique devant ce volume depuis lequel on remarque d’emblée la vue panoramique au travers des grandes baies vitrées de chaque bord. Qui plus est il a été aménagé avec pertinence. Ainsi, la salle à manger se situe contre le bordé bâbord et on se surprend à rêver : un met gastronomique avec à portée de regard une mer turquoise. Huit convives jouiront de ce spectacle raffiné. Les mêmes passagers iront ensuite s’installer dans le salon tribord, baies vitrées ouvertes et balcon abaissé, pour se rendre compte que décidemment Sanlorenzo a bien fait les choses. La moitié avant du pont principal accueille tout d’abord une vaste cuisine puis, armateur oblige, apparaît une suite « royale » où le lit « king size » a été placé dans le sens contraire à la marche. Du coup, une fois installé sous la couette on ne bénéficie pas de la vue offerte par la baie vitrée avant… dommage. A notre avis, cela devrait pouvoir se modifier à la demande. Le pont inférieur, quant à lui, offre deux tiers de sa surface à une zone de couchage destinée aux invités. On y trouve tout d’abord une VIP presque aussi vaste que la master si l’on fait abstraction du dressing de cette dernière. Puis deux twins, chacune de ces cabines disposant d’une salle de bain indépendante. L’équipage se voit relégué tout à l’avant du pont inférieur avec, à sa disposition, deux petites cabines (2 x 2 couchettes superposées) et deux cabinets de toilette avec douche. En sorte de point d’orgue, une note très au-dessus de la moyenne pour l’escalier qui relie le pont inférieur au supérieur, frisant l’œuvre d’art.


En conclusion, Sanlorenzo peut légitimement être fier de son dernier-né, un sentiment partagé par Martina et Bernardo Zuccon ainsi que Laura Sessa, des designers qui ont su marier ergonomie, raffinement et art de vivre. Cette unité a son avenir tout tracé : le succès.

Fiche technique

Longueur hors-tout
29,06 m
Largeur
6,76 m
Tirant d'eau
1,90 m
Capacité carburant
10 350 l
Eau
1,90 l
Matériau
polyester et composite
Motorisation
2 x MTU 12V2000 M96L diesel
Puissance
2 x 1 947 ch
Vitesse maxi
26 nds
Prix
H.T : 7 500 000 €
Architecte naval
Sanlorenzo Yachts
Designer extérieur
Zuccon International Project
Designer intérieur
Laura Sessa
Constructeur
Sanlorenzo Yachts (La Spezia - Italie)
Importateur
Sanlorenzo France & Monte Carlo (Golfe-Juan & Monaco)

Le magazine actuel