Présentation

Yacht Class n°18 (sept-oct-nov 2019)

Sanlorenzo


Il faut presque avoir l’œil d’un expert pour s’apercevoir, en fin de compte, que ce modèle présente une asymétrie, soit une absence de passavant à bâbord. Ce qui profite à l’espace du pont principal. Par ailleurs, ce SL102 se présente avec tous les atouts d’une unité digne de sa catégorie, dont cinq luxueuses cabines dédiées au couchage.


Texte : Alain Brousse – Photos : Fernando Lombardi


A notre connaissance, le SL102 peut se prévaloir d’être l’un des rares yachts de plaisance asymétrique dont l’explication se trouve au niveau du pont principal. Si sur une unité traditionnelle, ce dernier comporte de chaque bord un passavant qui prend naissance au niveau du cockpit et court le long du bordé jusqu’au pont avant, et bien sûr, pour le SL102, celui de bâbord a été supprimé dans un but tout à fait louable : celui d’offrir plus de surface, soit 10 m2 de gagnés, dans ce qu’il est convenu d’appeler l’espace commun du pont principal. En y pénétrant cela ne saute pas aux yeux mais on finit par constater, entre autres, que la salle à manger (huit convives), grâce à un jeu de baies vitrées, s’ouvre directement sur la mer. En vis-à-vis apparaît un grand salon avec ses deux sofas et, de ce lieu sur tribord, en ouvrant là aussi les baies vitrées, on jouit à nouveau du spectacle maritime, à peine masqué par le passavant. Pour ceux qui voudraient dominer de plus près les fonds turquoise, il existe un balcon escamotable pouvant recevoir trois chaises.


Ne quittons pas le pont principal pour jeter un œil « gourmand » sur la cuisine dont l’équipement ne pourra que satisfaire le maître-queux du bord qui jouira également d’une vue mer. Le modèle SL102 Asymmetric, exposé l’année dernière à Cannes et à Gênes, est la version européenne dont la particularité est de posséder la suite armateur à l’avant du pont principal. Elle occupe toute la largeur et bénéficie, en option, d’un balcon sur bâbord. La coursive qui mène à la master dessert tout d’abord la salle de bains (deux lavabos, douche et WC indépendants). Pour les clients américains, celle-ci cède sa place à la cuisine principale, soit environ 15 m2 dédiés à la préparation des repas… pas moins ! Qu’advient-il de la suite armateur ? Elle « migre » sur le pont inférieur, et le total des cabines n’est plus alors que de quatre au lieu des cinq pour les plaisanciers européens.


Le pont inférieur donc est le « royaume » du couchage. Et là, pour employer un langage familier, pas de jaloux, les quatre cabines (trois doubles et une twin) présentent une surface identique, environ 10 m2, y compris la salle de bains avec douche et WC indépendants. A noter que cette conception convient mieux à la location. L’équipage voit ses quartiers placés tout à l’avant du pont inférieur avec un accès privé. Ils se composent d’une cabine pour le capitaine, de deux autres cabines (deux bannettes superposées), toutes possédant un coin toilette avec WC et douche. On trouve aussi un mini carré. La poupe sert de garage à une seule annexe de 4,50 m de longueur, sanglée dans le sens de la largeur. Une grue s’impose pour sa mise à l’eau. La plate-forme de bains sera très utile pour la manœuvre mais, surtout, elle recevra les candidats aux plongeons dans les eaux cristallines. Autres goûts, autres plaisirs, comme celui de se retrouver autour d’une collation, de préférence confortablement calés dans une banquette ergonomique en forme de U à l’exemple de celle du cockpit. Les deux tables basses peuvent s’élever et n’en faire qu’une pour créer une salle à manger extérieure recevant huit convives à l’abri des rayons solaires, grâce au fly qui forme un toit sur sa partie arrière.


Pour atteindre ce dernier, rien de plus facile, il suffit de grimper l’escalier à bâbord qui, certes, masque partiellement la vue sur l’espace commun du pont principal, et nous bénéficions de ses 35 m2 dont la première moitié est protégée par un hard-top en matière composite carbone. Car s’y trouvent le poste de pilotage à tribord et une banquette biplace à bâbord, un coin salle à manger avec une table et des chaises pour huit convives, un meuble de rangement central et un salon (une banquette et une table basse). La terrasse arrière, totalement à ciel ouvert, accueille trois transats. D’aucuns pourront les remplacer par un jacuzzi… Pour conclure cette visite extérieure, il convient de se rendre sur le pont avant, par l’unique passavant… tribord, et dans le V de l’étrave on ne dédaignera pas s’installer, soit sur la banquette en U agrémentée d’une table (quatre places), soit sur le solarium.


A priori, le concept « Asymmetric » signé Sanlorenzo, Chris Bangle (ex-designer automobile du groupe BMW) et Zuccon (Martina et Bernardo), a obtenu plus qu’un simple succès d’estime. Aussi, le chantier n’a-t-il pas hésité à imaginer un petit frère, le SL96, et travaille également sur des modèles plus grands.

Fiche technique

Longueur hors-tout
31,10 m
Largeur
7,10 m
Tirant d'eau
1,90 m
Capacité carburant
12 100 l
Eau
2 000 l
Matériau
polyester et composite carbone
Motorisation
2 x diesels MTU 16V2000 M86
Puissance
2 x 2 216 ch
Vitesse maxi
28 nds
Prix
H.T : 10 500 000 €
Architecte naval
Sanlorenzo
Designer extérieur
Zuccon International project
Designer intérieur
Zuccon International project
Constructeur
Sanlorenzo (La Spezia – Italie)
Importateur
Sanlorenzo France - Monaco (Golfe-Juan – Monaco)

Le magazine actuel