Présentation

Yacht Class n°23 (dec 2020/jan-fev 2021)

LOMAC

Texte : Philippe Leblond – Photos : Philippe Leblond & DR

Bien que lancé il y a sept ans déjà, l’AD 8.5 n’en demeure pas moins un semi-rigide tout à fait actuel avec, en premier lieu, un atout qui ne risque pas de se démoder avant longtemps : son comportement dynamique nettement au-dessus de la moyenne. Nous allons d’ailleurs commencer par ce domaine dans lequel il excelle, avec une « sécurité active » remarquable due à son équilibre à haute vitesse et à sa souplesse de passage dans la vague. Pour ce qui est de son confort marin, nous avions eu l’occasion de le tester avec un V8 Yamaha 350 ch et d’apprécier cette carène issue de celle de l’excellent Adrenalina 9.5, premier modèle de cette gamme.

Cette fois-ci, nous étions curieux de voir comment il se comporterait avec le redoutable Yamaha XTO 425 et ses 75 chevaux de plus… Une puissance considérable qui, en monomoteur à simple hélice, est susceptible de générer un effet de couple redoutable sur une carène en V profond en raison du couple phénoménal du moteur et à l’absence d’hélices contre rotatives. De ce point de vue, l’AD 8.5 nous a bluffés : pas la moindre amorce de gîte sur bâbord à l’accélération. Et jusqu’au régime maxi de 6 000 tr/min, l’équilibre latéral s’est révélé imperturbable. Une légère amorce de roulis s’est manifestée lorsqu’on a abusé du trim positif à la recherche de la vitesse maxi… mais aussi maitrisable qu’improductive puisqu’alors que le régime augmentait, la vitesse maxi diminuait. Notre meilleure marque : 53,4 nœuds.

L’un des revendeurs français, responsable des essais pour le chantier italien nous a même confié qu’il avait pris quatre nœuds de plus avec une hélice de 22’’ au lieu de la 21’’ de l’essai. Pas de doute, le 8.5 est bien un Adrenalina, gamme caractérisée par des semi-rigides aux performances sportives et au pilotage addictif. En effet, à la barre de l’AD 8.5 on se fait vraiment plaisir, avec de belles accélérations, une réactivité étonnante sur les changements de cap et notamment en virage avec une capacité à virer fort et court, sans déraper mais avec une gîte intérieure prononcée qui épargne à l’équipage de trop subir la force centrifuge. En tout cas, ce Lomac tolère parfaitement la forte puissance émanant du bloc 5.6 l. Sa faculté de glisse, qui se traduit par d’excellents ratios distance parcourue/essence consommée lui permet aussi de disposer d’une autonomie de 200 milles à 22 nœuds, allure correspondant à son meilleur rendement. De retour au port, lors des manœuvres, nous avons pu apprécier la docilité du nouveau système d’assistance au pilotage Yamaha, le Helm Master EX, et son nouveau joystick.

Parfait pour pique-niquer au mouillage


Autre attrait de cet Adrenalina : le plan de pont, bien maîtrisé au niveau des espaces, avec un cockpit trois-zones. Côté poupe, il y a cette banquette pleine largeur dont le dossier ménage un passage vers la plateforme de bain recouverte, comme le pont, de teck véritable. Cinq places auxquelles il est possible de pique-niquer à l’aide de la tablette rabattue au dos du leaning-post. Au centre, le poste de pilotage avec cette console profilée qui abrite un WC chimique (marin en option) et un siège biplace pouvant être utilisé assis ou debout pour piloter, lequel peut intégrer un réchaud et un petit évier (options) en complément du réfrigérateur livré de série.
Enfin, il y a la proue qui offre un grand solarium, convertible en une dînette plus spacieuse que celle de l’arrière. Son matelas recouvre trois coffres de belle capacité, venant s’ajouter à la soute arrière. Le rangement n’est donc pas un problème à bord de l’Adrenalina, pas plus que les déplacements, grâce à de larges passavants. Le mouillage se fait à l’aide du guindeau électrique actionnant l’ancre placée à l’étrave. Et lorsque les rayons du soleil se font trop ardents, il est possible de déployer le grand cabriolet replié dans un rangement dédié, en périphérie de la banquette arrière, une solution à la fois pratique et élégante.


Performances
Vitesse maxi : 53,4 nds à 6 000 tr/min avec Yamaha 425 ch
Vitesse de croisière rapide : 39,5 nds à 4 500 tr/min
Vitesse de croisière économique : 22,1 nds à 3 000 tr/min
Temps de déjaugeage : 4,9 secondes
Accélération de 0 à 20 nds : 3,8 secondes
Consommation au meilleur rendement : 30,6 l/h
Autonomie au meilleur rendement : 201 milles à 22,1 nds

Fiche technique

Longueur hors-tout
8,49 m
Largeur
2,96 m
Capacité carburant
310 l
Matériau
CR/CSM
Puissance
maxi : 450 ch (331,2 kW)
Constructeur
LOMAC

Le magazine actuel