Présentation

Yacht Class n°23 (dec 2020/jan-fev 2021)

Azimut-Benetti Group


Il aurait dû faire l’actualité du Cannes Yachting Festival 2020… A défaut, il a trouvé refuge à Portofino où nous n’avons pas hésité une seule seconde à nous rendre. Principalement parce que nous nous doutions de découvrir une unité, à bien des égards, digne d’intérêt, et occasionnellement en un lieu lui aussi séduisant.


Texte : Alain Brousse – Photos : DR


Le groupe Azimut-Benetti n’a pas fait dans la demi-mesure pour présenter officiellement le Magellano 25 M et l’Oasis 40 mètres en choisissant comme lieu la marina de Portofino. Ce cadre très recherché pour son caractère pittoresque a donc accueilli le dernier né du chantier Benetti, dont l’éventail de la gamme commence à 95 pieds pour plafonner actuellement à 68 mètres. Depuis qu’il a été présenté en 3D au Cannes Yachting Festival de 2018, ce 40 mètres a déjà conquis près de dix armateurs. Cinq signatures se sont d’ailleurs conclues cette année, nonobstant la pandémie. Le premier mot qui vient à l’esprit en découvrant cette unité : l’élégance ! Une élégance certaine s’en dégage, dont la « paternité » revient directement au bureau de design britannique RWD, l’anagramme de Redman Whiteley Dixon, un trio d’architectes designers qui peut se vanter d’une vaste expérience en matière de yachts. Autre certitude : les superstructures de ce 40 mètres parlent d’elles-mêmes, les volumes intérieurs ne sont pas comptés.


Un beach-club de 75 m2

Dans la marina de Portofino on ne voit que lui et pour cause, il s’expose avec sa poupe en configuration totalement ouverte. Explication : sur la partie arrière les flancs se déploient et rajoutent de la surface au beach-club qui joue les généreux avec ses 75 m2, pas moins, pour le plaisir de l’armateur, sa famille ou ses amis, qui disposent alors d’une incroyable terrasse au niveau de la mer. Tout le confort est au rendez-vous : solarium, sofas, tables basses mais également un bassin d’eau douce pour les réfractaires aux bains de mer. Bien évidemment, nous foulons du teck en ce lieu… presque magique. Mais l’Oasis, loin de là, ne se résume pas à ce formidable beach-club, il a d’autres cordes à son arc à l’image du pont avant, convivial à souhait. Comment ne pas se sentir tout à son aise dans cet espace baigné de soleil avec ses deux banquettes agrémentées de tables basses, collations oblige, son solarium mais également son jacuzzi. En tant que flybridge, l’Oasis se devait d’offrir un sundeck digne de ce nom, à savoir 80 m2 d’une surface garnie de teck, où la détente est presque un mot d’ordre. Tout s’y trouve pour passer des moments agréables : terrasses avec transats, coin repas avec une table pour douze convives, un meuble barbecue, un solarium et un jacuzzi. Le flybridge possède l’indispensable toit protecteur sur ses trois-quarts, flybridge qui joue également un rôle sur le plan esthétique. Bref, l’Oasis n’a rien d’un désert en matière d’espaces extérieurs de loisirs.


Le jeu des courbes…

Etonnés, nous le sommes face aux deux baies vitrées en demi-cercle qui s’ouvrent sur les aménagements intérieurs du pont principal tant cette configuration demeure assez rare mais, surtout, pas inintéressante… Restons dans les courbes avec le salon et ses deux sofas concaves qui se font face, d’aucuns reconnaissent à cette configuration, parmi ses vertus, celle de favoriser le relationnel. Soit, en tous les cas on s’imagine très facilement s’y installer. Enchaînement logique dans cet espace totalement ouvert, la salle à manger dont la table peut recevoir douze convives qui ne se sentiront pas confinés grâce à des vitrages latéraux avantageux. Quant au service il sera rapide vu l’emplacement contigu de la cuisine principale qui est équipée d’un matériel professionnel. Reste à faire appel à un chef talentueux… Toujours sur le pont principal, empruntons la coursive tribord et là, délimitée par des parois vitrées, apparaît une salle de gym dotée de hublots car, quitte à souffrir sur un vélo d’intérieur ou sur un tapis de course, autant le faire avec vue mer. Quelques pas encore et nous pénétrons dans la suite armateur qui occupe toute la largeur, soit 20 m2, sans compter les deux dressings et les deux salles de bains, exigence du propriétaire. Comme souvent les invités sont dirigés vers le pont inférieur où ont été aménagées pour eux quatre cabines (au choix avec lit double ou deux lits simples), chacune offrant 15 m2, décorée finement avec des couleurs claires et possédant sa propre salle de bains.


Une autonomie de 4 000 milles !

Solidement amarré au quai de la marina de Portofino, l’Oasis l’est resté nous privant d’une navigation sur une Méditerranée légèrement ondulée, où sa paire de diesels MAN V12 de 1 400 ch lui assure une vitesse maxi de 16 nœuds. Une allure dont semble se satisfaire l’un des propriétaires d’un Oasis, nous avons nommé Tim Ciasulli, un pilote offshore dont le palmarès indique un record du monde à 150 nœuds mais qui à priori n’a rien contre « caresser » la mer à des allures autrement plus sages. Et si jamais lui vient l’idée de naviguer en mode hauturier, il se contentera de 11 nœuds afin de couvrir 4 000 milles, sans pointer l’étrave de son yacht à un point d’avitaillement.


Un futur Oasis

Difficile pour la vice-présidente du groupe Azimut-Benetti de dissimuler sa fierté à, entre autres, mettre en avant le succès de ce 40 mètres (10 unités vendues), dans des conditions que l’on aurait aimées, certes, plus favorables mais qui, semble-t-il, n’ont pas joué en sa défaveur. Giovanna Vitelli est allée jusqu’à nous révéler le lancement d’un nouveau modèle Oasis en 2022. Plus long peut-être ? L’impatience nous gagne déjà.

Fiche technique

Longueur hors-tout
40,80 m
Largeur
8,15 m
Tirant d'eau
2,14 m
Capacité carburant
45 000 l
Eau
8 000 l
Matériau
composites
Déplacement
310 t
Motorisation
2 x MAN V12 diesel
Puissance
2 x 1 400 ch
Vitesse maxi
16 nds
Autonomie à
11 nds : 4 000 milles
Architecte naval
Benetti
Designer extérieur
RWD (Redman, Whiteley et Dixon)
Designer intérieur
Bonetti & Kozerski
Constructeur
Azimut-Benetti Group (Viareggio - Italie)
Importateur
-

Le magazine actuel