Présentation

Yacht Class N°29 (juin-juillet-août 2022)

AZIMUT-BENETTI GROUP

Avec ce nouveau modèle, la marque italienne s’est fixée comme objectif de pouvoir répondre au maximum à la demande des plaisanciers intéressés par un flybridge de 20 mètres. Pour cela, il propose trois versions du volume intérieur du pont principal. En misant sur le composite carbone pour gagner en poids et sur des Volvo IPS pour limiter la consommation, il fait de ce 68 pieds un exemple d’unité très recommandable.


Texte : Alain Brousse – Photos : DR

Personne ne le contestera, le chantier italien Azimut (Azimut-Benetti Group) a su parfaitement trouver sa place dans le monde très convoité des flybridge de 15 à 25 mètres. Et de quelle façon ! Sa famille Flybridge Collection aligne huit modèles : 50′, 53′, 55′, 60′, 66′, 68′, 72′ et 78′. La nouveauté, en l’occurrence le 68, présenté en avant-première mondiale au Cannes yachting Festival de 2021, s’est affichée avec une silhouette à la fois élégante et dynamique. Il faut dire qu’elle avait confié son design extérieur à un talent très en vogue, à savoir Alberto Mancini qui ne « rate » jamais une occasion de nous concocter des profils très attirants.


Des extérieurs étudiés avec soin


Comme tout flybridge qui se respecte et particulièrement celui-ci, les espaces extérieurs ont été étudiés avec précision afin d’offrir le confort attendu en navigation comme au mouillage. Ainsi le sunbridge, surmonté d’un toit ouvrant, s’étend sur 30 m2 pour plusieurs loisirs : à l’arrière, une terrasse pour les candidats aux UV qui pourront également choisir le solarium à l’avant, puis le sacrosaint carré pour prendre ses repas en dominant la mer (six convives) et enfin le poste de commande externe, protégé par un saute-vent inversé et teinté. Inutile, ou presque, de préciser que le plancher est garni de lattes de teck traité. Empruntons l’un des passavants pour rejoindre le pont avant et ses 17 m2 dotés de tout le confort : deux banquettes, dont une servant de solarium avec entre elles une table. Cet espace peut être protégé par une toile tendue entre quatre piquets. Retour vers la poupe qui, bien évidemment est équipée d’une plateforme de bain et dont les deux escaliers latéraux mènent au cockpit, totalement protégé par la partie arrière du pont du sunbridge qui sert de casquette. Tradition oblige, cet espace comporte une banquette et une table pour les repas et les collations. Six couverts peuvent y être dressés.

Trois versions pour le monospace


Face au salon du cockpit une baie coulissante découvre le « monospace » intérieur de cette unité. Et la première impression ressentie est très positive, de par la décoration aux couleurs claires et la disposition des équipements. A noter que les intérieurs sont signés Achille Salvagni, un designer qui travaille souvent pour la marque. Dans la version essayée, dite Lanterna, on entre aussitôt dans le salon où deux sofas se font face, chacun étant positionné contre le bordé. Les vitres latérales, aux deux tiers, courent tout le long apportant une lumière généreuse. Au centre de ce volume, une marche, et sur bâbord apparaît la salle à manger prête à accueillir six passagers. Les plats seront rapidement servis puisque la cuisine est juste en face en partie ouverte mais cachée vers l’arrière par une cloison à claire-voie, pour le moins esthétique. La timonerie est masquée par cette cuisine. Toutefois le chantier propose l’Azimut en deux autres versions. L’une avec la cuisine immédiatement à l’entrée de ce volume, sur bâbord, et en face le coin repas et, à peine plus loin, un salon spacieux. La troisième version est très proche du modèle Lanterna, seule modification : la cuisine est fermée. Quelle que soit la version, le pont inférieur réserve une grande partie de sa surface aux cabines de couchage. A commencer par la master (20 m2), centrale dont le lit est perpendiculaire au bordé. Puis, nous trouvons sur tribord une twin et en vis-à-vis une cabine avec une seule couchette, toutes deux se partageant une salle de bains. Enfin, dans l’espace de l’étrave, la cabine invités VIP, classique mais bien conçue.

Idéal pour la croisière


C’est donc sous la poussée de deux diesels Volvo Penta IPS1350 (2 x 1 000 ch), que l’Azimut 68 va nous démontrer ses atouts en navigation. En douze secondes, elle passera de la station arrêt à la vitesse de 20 nœuds, une allure de croisière obtenue au régime de 1 900 tr/min pour une consommation contenue de 180 l/h. Le chantier affiche une vitesse maxi de 32 nœuds tandis que lors de notre essai, le GPS fut très légèrement plus optimiste : 32,5 nœuds. La carène reste à la fois docile et douce sur une mer à peine formée, les conditions du test. En conclusion, le bilan général de l’Azimut 68′ est incontestablement positif. Elle est assurée d’un bel avenir.

Fiche technique

Longueur hors-tout
20,98 m
Largeur
5,23 m
Tirant d'eau
1,60 m
Capacité carburant
3 700 l
Eau
1 000 l
Matériau
polyester et composite carbone
Déplacement
43,7 t
Motorisation
2 x Volvo IPS1350 diesel
Puissance
2 x 1 000 ch
Vitesse maxi
32,5 nds
Autonomie à
15,7 nds : 424 milles
Architecte naval
Azimut et P.Ausonio
Designer extérieur
Alberto Mancini
Designer intérieur
Achille Salvagni
Constructeur
Azimut-Benetti Group (Viareggio – Italie)
Importateur
Azimut Yachts France & Monaco (Cannes)

Le magazine actuel