Présentation

Yacht Class n°28 (mars-avril-mai 2022)

PERMARE YACHTS


Classé dans la catégorie des plus grosses unités exposées au Cannes Yachting Festival 2021, l’Amer 120 se présente aussi comme le plus grand modèle des yachts italiens Permare. Conquis depuis quelques années par les Volvo Penta IPS, le constructeur de Sanremo a misé sur une « quadri motorisation », une unité rarissime. Par ailleurs les aménagements intérieurs de ce trois ponts sont de nature à satisfaire les plaisanciers pour qui le confort reste prioritaire.


Texte : Alain Brousse – Photos : DR


Le monde du yachting n’hésite pas à monter dans le train des innovations a fortiori si celui-ci arbore le sigle « respect de l’environnement ». Sans y être directement contraints, les chantiers savent pertinemment qu’ils ont tout intérêt à concevoir des unités répondant à des normes « propres », visant à minimiser les facteurs de pollution. Parmi eux, s’il en est un qui a toujours pris en compte ce critère, c’est bien Permare. Ainsi a-t-il été l’un des premiers à choisir le composite pour ses critères reconnus de robustesse et de légèreté. Cette recherche n’est pas la seule et de fait, le constructeur italien entretient des relations étroites avec le motoriste Volvo Penta, notamment sur la base de sa propulsion IPS, dont les atouts vont dans le sens de l’éco-responsabilité : consommation à la baisse, diminution du bruit et des vibrations et donc un meilleur rendement avec, en supplément, un encombrement réduit dans la salle des machines, favorisant l’habitabilité sur le pont inférieur. Quand bien même la puissance maxi nominale d’un IPS ne dépasse pas pour le moment 1 000 ch, une solution existe bel et bien : la multiplicité des engins. Ainsi l’Amer 120 revendique quatre diesels Volvo Penta IPS1350, soit 4 x 1 000 ch et peut se vanter d’être pour le moment l’unité la plus grande dans cette version au monde.


Design intérieur signé Stefano Tini


Technique oblige, une carène propulsée par des moteurs Volvo IPS, nécessite une étude menée par le bureau interne du chantier en association avec les ingénieurs suédois, surtout dans le cas d’une quadri propulsion. La notion de performance était bien inscrite dans le cahier des charges de ce 35 mètres et la vitesse maxi est annoncée à 26 nœuds l’autonomie à une allure de croisière « rapide », soit 24 nœuds étant de 520 milles. Un avantage supplémentaire à son actif sans compter la facilité à manœuvrer grâce aux quatre IPS. L’Amer 120 ne pouvait tracer sa route à de telles allures sans une apparence adéquate. De fait, l’équipe de designers de chez Permare a doté ce trois ponts d’une silhouette conquérante. Que ce soit au niveau du pont inférieur et surtout à celui du pont principal, la surface vitrée est très présente : au total 93 m2, largement de quoi baigner les intérieurs d’une lumière abondante et offrir aux passagers une vue panoramique sur la mer. Nous allons le constater en pénétrant dans le plus vaste espace intérieur, à savoir le salon-salle à manger, qui bénéficie d’un maximum de clarté et d’une surface intéressante : 55 m2. Le regard est attiré par un détail de décoration, à savoir les arches en inox qui apporte une certaine originalité. On a une attention toute particulière pour l’ouverture vers l’extérieur sur chaque bord, au niveau de la salle à manger. Elle forme une terrasse intérieure agréable. Toujours sur le pont principal, la coursive bâbord mène à la cuisine, dotée, comme il se doit, d’un équipement professionnel. L’accès à la master se trouve sur tribord avec tout d’abord une sorte « d’antichambre » qui ouvre sur un balcon. Place ensuite aux 30 m2 de la cabine propriétaire, elle aussi baignée de lumière au travers de ses baies vitrées latérales. Elle possède une salle de bain qui occupe toute la largeur avec deux lavabos et une douche indépendante avec vue mer.
Le pont inférieur, quant à lui, regroupe les cabines invités, quatre au total, qui se présentent toutes avec un lit double face à un grand hublot et disposent chacune d’une salle de bains. Avec une telle capacité de couchage, l’Amer 120 se prête aisément à la location.


Un pont avant très convivial


Au niveau du premier tiers avant du pont principal, un escalier monte vers la timonerie fermée où, en dehors du grand tableau de bord central « réservé » au capitaine, on trouve un petit salon et une méridienne. L’Amer se pilote également depuis le fly (position assise recommandée pour une vue dégagée) grâce à un poste de commandes protégé par un saute-vent inversé et le toit du fly. Comme pour tout flybridge, le pont supérieur demeure avant tout un lieu de détente où, bien évidemment, l’on s’installe sur des transats placés à l’arrière ou bien l’on déguste un repas dans la partie centrale destinée aux agapes. Pour rejoindre le cockpit du pont central, rien de plus facile grâce à un escalier sur chaque bord pour découvrir aussitôt un salon, un autre espace repas, dont la banquette s’escamote pour faire office de solarium. La poupe de ce 120 offre une plateforme de bain dont les deux tiers forment un plateau hydraulique pour faciliter la mise à l’eau de l’annexe qui est abritée dans le garage, fermé par le tableau arrière. A présent cap sur la proue de ce flybridge dont le pont avant est aménagé de façon généreuse pour ce qui est du confort. A preuve, ses 35 m2 entièrement dédiés au farniente et qui réunissent : un bassin, deux vastes solariums et une immense banquette en U.
Avec ce vaisseau amiral, Permare franchit une belle étape dans sa conquête du marché des plus de 24 mètres, un secteur indéniablement dominé par les constructeurs transalpins. C’est bien une nouvelle démonstration de son savoir-faire dans la catégorie des flybridges.

Fiche technique

Longueur hors-tout
35,50 m
Largeur
7,40 m
Tirant d'eau
2,03 m
Capacité carburant
12 000 l
Eau
3 000 m
Matériau
composite
Déplacement
142 t
Motorisation
4 x Volvo Penta IPS1350 diesel
Puissance
4 x 1 000 ch
Vitesse maxi
26 nds
Autonomie à
24 nds : 520 milles
Architecte naval
Massimo Verme
Designer extérieur
Permare
Designer intérieur
Stefani Tini
Constructeur
Permare Yachts (Sanremo – Italie)
Importateur
-

Le magazine actuel