Présentation

Avec ses quatre IPS Volvo, il est particulièrement bien armé

Yacht Class n°13 (juin-juillet-août 2018)

Permare Yachts

Depuis quelques années, le chantier italien Permare se fait l’avocat de la transmission par pods du Suédois Volvo Penta sur des unités de 25 mètres et plus, ce qui semble lui réussir. En 2017, il a choisi le Yachting Festival de Cannes pour lancer l’Amer 110′ doté de quatre IPS 1200, un montage qui, sur le plan technique, mérite que l’on s’y attarde. Ce dernier affiche un rendement très au-dessus de la moyenne.

Texte : Alain Brousse – Photos : DR

On ne saurait trouver meilleur promoteur de la propulsion par pods Volvo Penta que Permare Yachts. A preuve, la triple motorisation du 94′ (3 x IPS1200 soit 3 x 900 ch) ou, mieux encore, quatre IPS1050 (4 x 800 ch) sur l’Amer Cento (Cannes 2016). Cette année, le constructeur de San Remo réitère avec le 110′ qu’il a équipé de quatre IPS1200, soit 4 x 900 chevaux, pas moins, pour permettre à cette unité de 33 mètres, déplaçant 102 tonnes, d’offrir des performances et un rendement valorisants. Permare, d’ailleurs, ne s’arrêtera pas en si bon chemin puisqu’il est en train de mettre au point une nouvelle unité, l’Amer 120, elle aussi propulsée par quatre IPS, mais les derniers modèles, les 1350 développant chacun 1 000 ch !

Un grand plaisir à la barre

Permare Yachts ne manque d’ailleurs pas d’arguments pour convaincre sa clientèle d’adhérer au principe des pods suédois. Leurs points forts : un rendement supérieur de 25 à 30 %, se traduisant par une baisse de la consommation à vitesse égale. Si l’on compare : l’Amer 110 et ses 4 X 900 ch brûlent 400 l/h à 20 nœuds tandis qu’une unité avec des transmissions à ligne d’arbre, à même allure, consomme 500 l/h, le gain n’est donc pas négligeable. A l’épreuve du rendement l’IPS est en tête. On comprend l’engouement qu’il suscite. Sur bien des montages nous avons relevé que la courbe de rendement n’était pas exagérément exponentielle. Elle a même tendance à se stabiliser dans les 500 derniers tours/minute, là où habituellement les consommations s’envolent. Moins de carburant mais aussi moins de vibrations et, « cerise sur le gâteau », un niveau sonore aux chiffres évocateurs : 57 dbA dans la master à 2 000 tr/min, ce qui est très supportable, même pour ceux qui font le choix de dormir au cours d’une navigation de nuit.

Au niveau des performances, l’Amer 110 marque d’entrée un point : onze petites secondes pour passer de la position arrêt à la vitesse de 20 nœuds avec un poids de 102 tonnes ! Certes, il file 28 nœuds au régime maxi soit deux nœuds de moins que le chiffre annoncé par le chantier… La différence peut s’expliquer par la présence de micro-algues et de micro-coquillages qui dans les eaux chaudes ont tôt fait de trouver refuge sur les carènes et altèrent sérieusement la glisse. Pour les « mangeurs » de milles, sachez qu’à 1 750 tr/min, une allure de croisière honorable, soit 17,8 nœuds pour  une autonomie de 500 milles. Enfin, piloter l’Amer 110 procure bien du plaisir, tant il se montre manœuvrable et maniable à souhait. Le poste de pilotage du sunbridge domine la mer. On demande seulement au chantier de rajouter un repose-pied pour le capitaine qui choisirait de s’asseoir au poste de commandes extérieur. Dans la timonerie totalement indépendante qui occupe un demi-pont, il bénéficie d’un fauteuil électrique réglable. La visibilité sur 180 degrés est correcte, sans plus. Nous avons en revanche fort apprécié la console du tableau de bord avec laquelle on se familiarise rapidement. Sur la droite deux passagers prendront place, l’un sur une sorte de méridienne, l’autre sur un matelas à l’horizontale.

Un sunbridge de 70 m2 !

Permare reste fidèle à l’architecte et designer italien Massimo Verme qui collabore par ailleurs avec quelques grands chantiers de la péninsule. On reconnaît bien ici son style, à savoir des lignes dynamiques, tendues et très agréables à regarder. Le design extérieur du 110′ récolte en majorité des avis positifs. C’est du « classico-moderne », élégant de la proue à la poupe. En montant à bord de l’Amer pour découvrir les espaces à l’air libre, on reconnaît le revêtement des sols désormais cher à Permare, un liège traité pour résister à l’eau salée et aux nombreux pas de l’équipage et des passagers. Il est plus léger et plus facile à entretenir que le teck mais il n’est pas aussi classieux, affaire de goût… Les amateurs de bains de soleil auront le choix entre le pont avant garni d’un solarium et d’une banquette et le sunbridge, assez vaste pour accueillir quatre transats et un jacuzzi sur sa partie arrière. Ce dernier (70 m2 !) présente par ailleurs un coin repas pour six personnes qui seront rapidement servies, un meuble cuisine équipant la partie bâbord. A notre avis, le cockpit, au niveau inférieur, avec sa banquette confortable et sa table en teck réglable pour huit convives devrait être tout aussi agréable, voire davantage, pour déguster quelques mets savoureux, qui plus est totalement abrités par le sunbridge formant une protection bienvenue en ce lieu agrémenté d’un petit meuble bar. Tout naturellement, depuis le cockpit, de chaque bord, un escalier mène à la plate-forme de bain hydraulique. Le tableau arrière se soulève électriquement et découvre le garage qui contient une annexe d’une longueur de 4,50 m et, en parallèle, un jet-ski.

Plaidoyer pour la version cinq cabines

L’Amer 110 de notre test, exposé lors du dernier Cannes Yachting Festival, avait trouvé preneur et s’est présenté à nous avec la décoration souhaitée par son armateur, soit un style très « romantique » que l’on aime ou pas, le principe étant de respecter ce choix et non de le juger. Il en va ainsi pour nombreux de nos essais, si ce n’est que dans la majorité des cas on observe des décorations radicalement opposées et toutes plutôt modernes, habillées de matériaux tendance… Nous allons donc nous concentrer sur l’ergonomie des aménagements intérieurs. Avec, en tout bien tout honneur, le sacrosaint volume du pont principal qui rassemble le salon et la salle à manger, sans la moindre séparation, soit 35 m2. Les vitres latérales à mi-hauteur diffusent assez largement la lumière du jour. Ajoutez à cela les couleurs claires qui dominent (moquette, plafond et sofas), diffusant une ambiance qui se révèle reposante. La coursive bâbord mène à un escalier qui mène au pont inférieur, dans la cuisine principale dont le moins que l’on puisse dire est qu’elle a été bien pensée pour offrir l’espace idéal au maître des fourneaux, y compris l’équipement adéquat et le carré équipage. Ce dernier dispose également, tout à l’avant, de trois cabines simples et deux coins toilette, dont un possède une douche via un escalier descendant de la cuisine. Autant dire qu’une certaine discrétion est respectée entre les marins et les passagers. Revenons sur le pont principal et empruntons la coursive tribord, poussons une première porte qui s’ouvre sur un espace libre avec une seconde qui masque un grand dressing. On aurait pu s’attendre à trouver un bureau mais ce dernier a été aménagé un niveau en dessous en fonction des desiderata du propriétaire. Une autre porte permet de pénétrer dans sa suite qui bien évidemment occupe toute la largeur du yacht, la salle de bains étant placée derrière la cloison TV face au lit king size. Sur l’Amer 110, les invités rejoignent leurs « couchages » en descendant d’un niveau. Le pont inférieur, en effet, ne rassemble que deux cabines d’une surface identique. Pas de jaloux donc, d’autant que chacune possède une salle de bains avec douche séparée. Le patron du chantier s’empresse de faire valoir que l’Amer 110 existe en version cinq cabines ce qui devrait lui permettre de rejoindre la flotte charter. Même pour un usage privé, la version cinq cabines semble la plus attirante.

Permare Yachts se positionne une nouvelle fois parmi les chantiers les plus innovateurs, surtout sur le plan de la motorisation, un domaine auquel les armateurs sont indéniablement de plus en plus sensibles. Moins de carburant, moins de bruit, moins de vibrations, cela compte désormais parmi les critères les plus demandés.

Fiche technique

Longueur hors-tout
33,00 m
Largeur
7,05 m
Tirant d'eau
1,93 m
Capacité carburant
10 000 l
Eau
2 000 l
Matériau
polyester
Déplacement
102 t
Motorisation
4 x Volvo Penta IPS1200
Puissance
4 x 900 ch (4 x 662 kW)
Vitesse maxi
28 nds
Autonomie à
croisière : 500 milles
Architecte naval
Massimo Verme
Designer extérieur
Massimo Verme
Designer intérieur
Massimo Verme
Constructeur
Permare Yachts (San Remo – Italie)
Importateur
-

Le magazine actuel